Salaire

May 20, 2022

Temps de lecture

5

minutes

La rémunération en fin de mois, quelles justifications ?

Promesse électorale de G. Pompidou, la mise en œuvre de la mensualisation, entre 1969 et 1978, met fin à la coexistence au sein des entreprises entre deux statuts : celui des ouvriers et celui des employés.

L’origine de la mensualisation du salaire


Promesse électorale de G. Pompidou, la mise en œuvre de la mensualisation, entre 1969 et 1978, met fin à la coexistence au sein des entreprises entre deux statuts : celui des ouvriers et celui des employés.

Les ouvriers, dits “horaires”, à la production quantifiable, étaient payés selon le travail fourni, à la tâche ou suivant un nombre d’heures. Au contraire des employés, dits “mensuels”, au travail plus difficilement mesurable, et au salaire calculé sur une base mensuelle.

Cette réforme, au-delà d’une simple cadence de paiement, apporta principalement des avantages sociaux jusqu’ici réservés aux “mensuels”, et fut donc initialement saluée comme une avancée sociale. La mensualisation apparut comme une amorce d’alignement du statut des ouvriers sur celui des employés.

La réforme assure entre autres :

1/ Un calcul de rémunération identique entre ouvriers et employés sur la base d’une durée légale (qui revient à verser un salaire équivalent chaque mois quelque soit le nombre de jours dans le mois)

2/ Le maintien du salaire en cas de maladie ou d’accident, avant une période de salaire à taux partiel

3/ Le paiement sous certaines conditions, des jours fériés chômés

4/ Un délai légal de préavis et une indemnité en cas de licenciement

Un salaire versé en fin de mois … pour des dépenses récurrentes dûes en début de mois


Près d’un demi siècle plus tard, si ces avantages apportent beaucoup en termes de sécurité, d’anticipation et de visibilité, la fréquence des rentrées d’argent s’est mécaniquement allongée. D’un salaire versé chaque jour ou chaque semaine, les foyers doivent désormais attendre la fin du mois pour percevoir des rentrées d’argent.

Or dans le même temps, de nombreuses dépenses récurrentes sont dûes en début de mois, en amont du service associé : loyer, assurances en tout genre, abonnements EDF, internet … La conséquence de ce décalage est forte : ce serait près de 25% des Français qui se retrouvent dans le rouge chaque mois, générant des frais de découvert représentant ~€7mds / an … au bénéfice des établissements bancaires.

Mais qu’est-ce qui justifie cette différence de traitement qui est rentré dans les usages ? Il y a un décalage qui frise l’iniquité et traduit au bout du compte un manque évident de respect pour la valeur travail.

A ce décalage temporel entre le temps de la rémunération et le temps des dépenses, s’ajoutent les coûts imprévus qui surviennent toujours au plus mauvais moment : consultation médicale d’urgence, réparation automobile, dégât des eaux, serrurier …

Ce manque de contrôle sur la fréquence de rémunération impacte directement notre pouvoir d’achat et complexifie la gestion de nos budgets.

Avec Spayr, profitez du salaire à la demande


Chez Spayr, nous avons une solution simple : faire coïncider le temps des dépenses et des rémunérations et démocratiser la paie sur demande.
Pour cela, nous avons développé un outil à destination des entreprises, qui vous permet d’opter pour une rémunération flexible correspondant aux besoins de chacun.

En deux clics, notre application vous donne accès à un versement de salaire en fonction du nombre de jours travaillés dans le mois.

Nous vous aidons à reprendre le contrôle de votre salaire, en concertation avec votre employeur.


Nos équipes sont à votre disposition pour répondre à vos questions ici

Sources :
http://blogs.lesechos.fr/echos-d-hier/20-avril-1970-du-salaire-horaire-a10079.html
https://www.lemonde.fr/archives/article/1970/12/22/les-cols-bleus-n-ont-pas-encore-le-meme-regime-que-les-cols-blancs_2640984_1819218.html
https://ftm-cgt.fr/une-histoire-du-salariat-de-1789-a-nos-jours/